L’équipe type de Noël par Double Pas

En ce jour de Noël, c'est l’occasion de faire un bilan sur nos accomplissements. Pour les footballeurs qui ont un patronyme religieux, certains ont été gâtés jusqu'à tutoyer les sommets. Des carrières qui n’ont pas eu des airs de chemin de croix. Une autorité spirituelle est sans doute passée par là. 

Gardien de but

Landry Bonnefoi, la greffe a pris en Alsace

Dans une carrière de footballeur, il faut savoir être patient pour marquer les esprits. Ayant rejoint plus jeune les rangs de la prestigieuse Juventus Turin, le Francilien a multiplié les piges sans convaincre. C’est à 34 ans, qu’il connaît son seul et unique sacre en guise de cadeau de Noël, en raflant le titre de champion de France de Ligue 2 avec Strasbourg. Un itinéraire hors du commun. Le Francilien a intégré vaillamment l’antichambre de l’élite française, sans faire de vagues. Un homme de bonne foi. 

Défenseurs

Juan Jesus, la rencontre avec San Paolo

Le Brésilien de 31 ans fait désormais partie du paysage du Calcio. Après avoir défendu les surfaces des Nerrazzuri, Juan Jesus se devait de franchir un palier à Rome. L’expérience a duré, mais s’est avérée pourtant peu concluante. Désormais à Naples, l’ancien espoir auriverde revit sur la pelouse de l’antre du San Paolo.

Michaël Chrétien, la Lorraine dans le cœur

Le natif de Nancy a participé à l’un des plus beaux chapitres du club au chardon. Sous la tunique lorraine, il a tout connu. De la montée à la descente, en passant par la Coupe de la Ligue glanée en 2006 aux côtés de la légende Youssouf Hadji. Ses piges en Turquie et chez le rival alsacien ont démontré sa qualité à se fondre à un collectif. Contrairement à d’autres, la carrière de Michaël Chrétien n’a pas été un long chemin de croix.

Dorian Lévêque, l’union avec les Côtes-d’Armor

C’est à Guingamp que le latéral gauche a trouvé sa place. Joueur généreux, mais en proie à des soucis physiques, il peut se targuer d’avoir maximisé son potentiel. Désormais retraité, il va sous doute prendre la direction spirituelle d’un diocèse.

Milieux de terrain

Fabien Lemoine, un dernier engagement avec Versailles

Milieu besogneux qui voue une passion sans mérite pour le football, qui lui doit pourtant…un rein. Nous sommes en 2010, lors d’un match face à Nancy, il est percuté violemment lors d’une phase de jeu. Après une opération et une convalescence, le joueur aux cheveux grisonnants parvient à retrouver les chemins du rectangle vert. L’ancien Vert a signé cette année à Versailles. À 35 ans, il y apporte son expérience. Lemoine, un homme loué pour son dévouement envers la communauté.

Baptiste Santamaria, en rouge et noir    

Une belle trouvaille comme le Stade Rennais arrive si bien à dénicher. Après avoir fait ses gammes au SCO d’Angers, le milieu traverse le Rhin direction Fribourg où il se distingue. C’est alors que la formation bretonne se l’arrache en 2021, pour la modique somme de 14 millions d’euros. Une valeur sûre du championnat français.

Javier Pastore, le berger qui a suscité tant de fantasmes

En 2011, son arrivée en grandes pompes au PSG illustrait les ambitions du Qatar. L’Argentin a de la magie ballon aux pieds, mais derrière ce talent qui fait frissonner le Parc des Princes, se cache un joueur fragile. En multipliant les passages à l’infirmerie, El Flaco n’a jamais montré la plénitude de son talent. Recruté à prix d’or à la Roma, l’expérience a très vite tourné en déconfiture. Désormais bloqué dans les bas-fonds de la Liga avec le FC Elche, l’ancien palermitain a désormais sa carrière derrière lui. Un artiste qui a fait naitre des promesses désormais révolues. Un terrible goût d’inachevé.

Stade du Parc des Princes : l’Argentin Javier Pastore aux côtés de Neymar Jr, à l’occasion du match du PSG face à Toulouse, le 20 août 2017. © Lionel Urman/Bestimage.

Ángel Di María, le meilleur pour la fin

Ses grandes oreilles ne l’ont pas empêchées de prendre de vitesse les défenseurs. El Fideo a martyrisé les défenseurs partout où il est passé. Désormais juventino, celui qui a un amour exacerbé pour les rabonas, vient de conclure une année en apothéose, avec une Coupe du monde. Un trophée d’envergure qui vient compléter une armoire à trophées déjà bien remplie.

Lionel Messi, le faiseur de miracles

Son départ de Catalogne direction la capitale a été l’objet de critiques et d’interrogations. Deux ans plus tard, le natif de Rosario prouve une nouvelle fois qu’il fait preuve d’une résilience incroyable en se démultipliant davantage malgré ses 35 ans. Au Mondial au Qatar, après un début poussif avec la Céleste, le script semblait déjà écrit, celui de s’adjuger le dernier titre qui lui manquait tant. Une performance retentissante qui a définitivement changé le regard sur l’Argentin. La Pulga désormais atteint une dimension quasi-mystique, comme un certain Armando Maradona. À Buenos Aires, l’émotion est poussée à son paroxysme. La passion au service du ballon rond.

Attaquants

Borja Iglesias, au nom de Saint-Jacques-de-Compostelle

Avec son physique de déménageur et sa barbe ibérique, le Galicien se démène plutôt bien depuis quelques saisons. L’attaque du Betis fait preuve d’une certaine régularité face au but. Une aisance qui lui a permis d’intégrer la Roja et de glaner la Coupe du Roi. Cette année, Iglesias joue sa partition sans fausse note.

Stade de La Cartuja : Borja Iglesias et les joueurs du Betis Séville soulevant la Coupe du Roi, le 23 avril 2022. © EFE/JULIO MUÑOZ.

Antonio Di Natale, l’idole d’Udinese

En Italie, l’esprit de clocher n’est pas prêt de disparaitre. Bon nombre de grands attaquants ont défendu les blasons des clubs de second rang. Roberto Baggio a fait le bonheur de Brescia, tandis que Batistuta à éclabousser Florence. À Udine, l’artificier de poche a éclaboussé de ton talent le club centenaire. En douze saisons avec les Primi Bianconeri, Toto a enquillé 227 réalisations en 446 matchs. Antonio Di Natale a écrit parmi les plus belles pages du club du Frioul, malgré un palmarès vierge de tout titre. Le choix du cœur.

L’équipe type de Noël par Double Pas

Gardien : Landry Bonnefoi (Fin de carrière/FRA). Défenseurs : Juan Jesus (SSC Napoli/BRE), Michaël Chrétien (Fin de carrière/MAR), Dorian Lévêque (Fin de carrière/FRA). Milieux de terrain : Fabien Lemoine (FC Versailles 78/FRA), Baptiste Santamaria (Stade rennais FC/FRA), Javier Pastore (Elche FC/ARG), Ángel Di María (Juventus FC/ARG), Lionel Messi (Paris Saint-Germain/ARG). Attaquants : Borja Iglesias (Real Betis Balompié/ESP), Antonio Di Natale (Fin de carrière/ITA).

En bref

Quand l’art contemporain inspire les maillots des sportifs

Pour concevoir un maillot, des équipementiers se sont parfois inspirés de l’art contemporain. Un choix assumé pour se démarquer...

Jeux – Double Pas : un génie balle aux pieds

Amateur de défis ? Ça tombe bien Double Pas vous propose des jeux. Seriez-vous capable de déchiffrer ce rébus...

L’OM sans Kamara, un départ difficile à combler

Libre de tout contrat en juin prochain, le joueur de 22 ans a récemment décidé de rejoindre le club anglais. Un choix qui interroge, tandis que Marseille vient de perdre un taulier de son effectif.