Hector Cuper, un entraîneur malchanceux

Si vous estimez que vous avez passé une mauvaise journée, pensez à la carrière d'Hector Cuper, un entraîneur de football brillant mais malchanceux.

Selon Louis XIV, « C’est toujours l’impatience de gagner qui fait perdre », mais pour l’Argentin Hector Cuper, les années se succèdent et se ressemblent sous le signe de la malchance. L’actuel sélectionneur de l’Ouzbékistan n’en reste pas moins un brillant entraîneur.

« Bon, je perds encore une finale… Je ne vais pas dire que je suis habitué, mais bon… »

Hector Cuper après la finale perdue avec l’Egypte face au Cameroun.

En point d’orgue, son passage remarqué à Valence. Sous les ordres du tacticien argentin, le club espagnol accéda  deux fois à la finale de la Ligue des Champions. Dernièrement, il permit à l’Egypte de se qualifier pour la Coupe du monde 2018, 28 ans après sa dernière participation. Mais après trois revers en phase de poules, Cuper est remercié. L’exigence de la performance.

En bref

Ces entraîneurs qui ont échoué avec leur club de coeur

Sur le rectangle vert, ils ont marqué l’histoire de leur club de cœur, mais dans le costume d’entraîneur de football, ils ont déçu...

Vidéo : les terrains de basket à Paris par Double Pas

Vidéo sur les terrains de basket à Paris, des lieux d’exception au service du ballon...

Mots croisés : les Jeux olympiques d’été

Les Jeux olympiques de Tokyo arrivent à grand pas. Pour l'occasion, Double Pas vous propose de se remémorer les éditions précédentes...