Les Merlus de Lorient, un départ turbo

Enchaînant les performances depuis le début du championnat, le FC Lorient réalise un départ canon contre toute attente. Désormais attendus au tournant, les Merlus ont tout pour continuer sur le même rythme de croisière.

Se mettre en danger pour mieux avancer

Depuis le début du championnat, un vent de fraîcheur s’est formé sur la côte Atlantique et plus précisément dans le Morbihan, à Lorient. Installés en haut du classement, les Merlus réalisent le meilleur départ de l’histoire du club. Il pourrait s’agir d’une anomalie comme il en arrive parfois dans le football, qui par son côté imprévisible, écrit des scénarios dignes d’épopées. Mais du côté du FCL, cette surprenante entame illustre le travail des dirigeants, qui ont choisi de se séparer de l’expérimenté entraîneur Christophe Pélissier, qui n’a pas à rougir de son bilan de trois saisons sur le banc.

À Lorient, on entame un nouveau cycle

Le technicien quitte le navire breton avec la conscience du travail accompli. Artisan de la remontée de Lorient dans l’élite, il parvient à maintenir les Merlus en championnat. Avec une laborieuse 16e place pour 36 points glanés, le dernier exercice semble pourtant avoir laissé des traces. L’exigeant président Loïc Ferry était désireux de lancer un nouveau cycle en intronisant Régis Le Bris alors directeur du centre de formation depuis 2012, qui venait d’obtenir son brevet d’entraîneur professionnel. Un baptême à haut risque puisqu’avec quatre descentes vers la Ligue 2, il s’agit de la saison de tous les dangers. Pour mettre fin à l’hémorragie, il faut être malin avec le peu de moyen.

Une mainmise qui se concrétise

En enquillant 21 buts en 10 rencontres, les joueurs orange séduisent par un jeu porté sur la verticalité. Le départ d’Armand Laurent n’est qu’un lointain souvenir. Le FC Lorient semble avoir un des collectifs les plus aboutis de Ligue 1. Capables de gagner face à Lyon et de faire chuter Brest dans la douleur, le club parvient à être imprévisible grâce à son métronome Enzo Le Fée, qui explose aux yeux de tous. Désormais international espoir, le Merlu de 22 ans possède des atouts techniques, c’est lui le dépositaire du jeu qui allume la première mèche.

Des Merlus qui marchent sur l’eau offensivement

Fort de ses 8 buts, le solide attaquant nigérian Terem Moffi conclut admirablement ses occasions. Artilleur désormais confirmé, il est épaulé par Dango Ouattara. Après une saison précédente assez timide, le jeune burkinabé affiche déjà un impressionnant rendement de 4 buts et 5 passes décisives en 8 matchs. Une forme étincelante, d’autant plus qu’il a encore une marge de progression pour définitivement passer un cap.

Lorient, un club insouciance et expérience

Pour couvrir ses arrières, le club morbihannais peut se targuer d’avoir Vincent Le Goff. Défenseur d’expérience de 33 ans, il coordonne parfaitement ses coéquipiers pour verrouiller la cage de l’Helvète Yvon Mvogo. Le portier qui a effectué ses classes à l’étranger, remplace admirablement Paul Nardi. Une intégration à vitesse grand V, qui lui fait engranger de la confiance. Un atout précieux pour un poste de gardien de but. Avec un effectif équilibré qui allie verticalité et schéma tactique, les soucis semblent avoir été identifiés. Les Merlus ont passé un cap. À eux de confirmer leurs formidables potentiels.

En bref

Ronaldo : se relever pour davantage régner

Entre blessures et désillusions qui ont entravé sa carrière, Ronaldo est parvenu à se relever et briller grâce à une abnégation...

Le Mondial au Qatar en chiffres

Depuis son attribution, le Mondial au Qatar fait l'objet de critiques et d'interrogations. Cette petite péninsule a employé les moyens...

Quand Larry King interviewait Michael Jordan

Passionné de sport, le journaliste Larry King a interviewé Michael Jordan à un moment-clé dans la carrière de la légende NBA...